Caphaitientimes
Bulgaria : Marc Collat, joue-t-il d’une simple souplesse stratégique ou c’est pur et simplement du pessimisme

Sports-Football Par Paul Vaudrey   |Mis à jour le 4/11/2019 à 0h54 – Publié le 4/11/2019 à 1h304 

Ce mercredi 10 Avril, à Los Angeles, les Grenadiers savent enfin leurs adversaires.

Trouvant son billet de qualification en terminant première de son groupe, l’équipe nationale haïtienne connait ses différents adversaires et a la capacité de rendre prévisible le parcours à faire pour accéder au quart de final voire être en final. Tout compte fait, à la première réaction du sélectionneur national haïtien, il pointe du doigt le Costa Rica où dénote-on le jeu d’une souplesse stratégique ou celui d’un pessimisme pur et simplement en déclarant « On sait que maintenant commence le plus dur, le Costa-Rica est une équipe vraiment performante ».

Ces propos qui n’exposent pas l’audace d’un sélectionneur idéaliste voulant développer une assurance convaincue chez les joueurs de faire plier le Costa-Rica contre qui Haïti a un souvenir malheureux lors de la dernière confrontation rendent un peu sceptique les supporteurs haïtiens à son sujet. Plus loin, lâche-t-il : « On va essayer de briguer la deuxième place ».

Par cette absence d’optimisme dont montre le sélectionneur par ses propos, un triple impact trouve lieu de ses mots en partant de sa personne en passant par la bonne marche de l’équipe dans la compétition pour aboutir à la mise en déroute de manière prématurée de l’équipe. Hors que tous attendent une excellente démonstration des Grenadiers, les premiers propos ne sont cependant pas rassurants. Seule la première prestation augmentera probablement la dose d’assurance chez les supporteurs.

CONTENUS SPONSORISÉS

k
d
Domson Narcisse

Réagir à cet article

Interview:


LES ARTICLES DE PAUL VAUDREY